Bavardages

Viennoiseries entre amies

La journée de dimanche s’est terminée comme elle avait commencé : j’avais mal à la tête. C’est souvent comme ça le dimanche, alors je passe le temps au chaud chez moi et j’essaie de me reposer. Le froid est revenu sur Paris en fin de semaine dernière et il s’est installé pour le week-end. Quelques flocons de neige sont tombés et m’ont rendue nostalgique des hivers enneigés. Je n’aime pas trop la neige à Paris. On ne peut pas en profiter comme à la campagne ou la montagne, ou tout simplement comme dans les villes de pays froids où la neige peut vraiment s’installer et former un manteau blanc. J’ai repensé à Vienne et au voyage que j’avais fait il y a quelques années. Vienne sous la neige, c’était absolument magique.

Il y a quatre ans, au mois de janvier, j’étais partie là-bas pour 5 jours avec une amie. C’était notre premier voyage ensemble et nous nous étions décidées sur un coup de tête : il faisait froid à Paris, nous voulions voir la neige mais dans un environnement où elle serait agréable, nous avions envie de découvrir d’autres paysages, une autre culture, une autre ville… Et finalement, le choix s’est porté sur Vienne, d’autant plus accessible que nous restions en UE. Avec Isaure, nous nous connaissions depuis trois ans à peine et nous n’avions aucune idée de comment le voyage se passerait. Partir à deux c’est toujours mieux mais on prend toujours le risque que d’éventuels problèmes durant le séjour assombrissent l’ambiance des vacances. Mais on a joué le jeu et nous sommes parties un mardi, juste après notre dernier partiel de janvier, par un avion qui décollait seulement 3 heures après la fin de l’épreuve.

Nous savions qu’il faisait froid et que la neige nous attendait en Autriche et, pourtant, au départ, nous ne voulions pas prendre de chaussures adaptées à la neige. Je me souviens que ce sont nos parents qui tour à tour nous ont raisonnées et nous sommes finalement parties chaussées avec des bottes fourrées (… heureusement !)

Nous étions excitées, nous avions tellement hâte de ce voyage, nous avions envie de décompresser de nos partiels et de profiter de cette courte semaine de répit avant le deuxième semestre. Une fois arrivées à l’aéroport de Vienne, c’est un peu comme si une autre vie commençait.

Nous avions pris un train (genre de RER) de l’aéroport jusqu’à notre auberge. Je ne me souviens plus du nom de celle dans laquelle nous étions. A choisir, je ne retournerai pas là-bas car elle était un peu excentrée même si, ceci dit, notre trajet en métro (U-Bahn) du matin nous laissait le temps de déguster un bretzel avec notre café. Tous les matins nous avons eu ce rituel et après, nous étions lancées pour la journée !

Malgré la neige qui tombait et aurait pu ralentir, voire immobiliser, une ville comme Paris, le rythme de Vienne n’a jamais désempli. Je ne vais pas vous mentir, il n’y avait pas une ambiance de folie dans les rues avec ces températures négatives, mais la neige n’empêchait personne de vivre sa vie. Je précise ici que nous avons eu une drôle d’impression au contact des habitants locaux : sans faire de généralité, on ne peut pas dire que les viennois soient les plus accueillants qui soit, et c’est peut-être le seul point négatif du séjour. Mais passons.

La chronologie exacte du séjour m’échappe mais, équipées du Cartoville de la ville, ne parlant pas un mot d’autrichien, nous avons déambulé dans la ville et vécu des moment inoubliables. Tout nous a réellement paru splendide et totalement dépaysant. Alors, certes, il y a eu des points négatifs pour certains quartiers par lesquels nous avons du passé mais quand je me remémore ce séjour je me souviens surtout de tous ces magnifiques lieux ou moments :

  • le château de Schönbrunn & son parc qui sont tous les deux impressionnants (d’ailleurs, nous avions pris des audioguides pour la visite du château)
  • le Prater, un parc offrant d’agréables promenades
  • la Bibliothèque nationale autrichienne dans laquelle on se sent tout petit, qui rappelle les décors de Poudlard et dont l’architecture est magnifique
  • l’Opéra national : le bâtiment est très beau de l’extérieur et nous avions eu la chance d’y entrer et d’assister à la représentation du Chevalier à la rose de Strauss (pour deux aficionados de ballet/théâtre/opéra, comme Isaure et moi, c’était un cadeau inoubliable)
  • Karlskirche pour son architecture impressionnante et son dôme vert qui surplombe la ville… enfin il ne la « surplombe » pas à proprement parler mais c’est un peu un point de repère et vous le verrez depuis plusieurs endroits de Vienne. Cette église est située sur la Karlsplatz qui est un peu le « Châtelet viennois » (nous nous sommes  d’ailleurs perdues plusieurs fois dans le métro à cet endroit haha), vous ne pourrez pas y échapper.
  • la Hundertwasserhaus (Kunsthaus) : optionnelle mais c’est une maison originale conçue par Hundertwasser en s’inspirant de l’oeuvre de Gaudi par exemple, donc très colorée et avec une architecture unique pour la ville
  • Danauinsel ou l’île du Danube sur laquelle nous n’étions que toutes les deux puisqu’en cette saison, personne ne s’y arrête. C’est l’île sur laquelle vont tous les viennois quand il fait beau, ils y font des barbecue et se baignent dans le Danube : c’est leur station balnéaire à proximité de la ville et facilement accessible par métro. En hiver, c’était très amusant puisque nous avions l’île pour nous. Nous avions beaucoup ri, fait des bonhommes de neige, et vaincu une énorme tempête de neige (un peu moins drôle… quoique)
  • le monument à l’armée rouge : ce n’est pas grand chose mais vous pourriez passer devant par hasard comme ça nous était arrivé. Et, moi qui lis le russe, j’avais été contente de déchiffrer le cyrillique inscrit dessus.
  • le palais impérial Hofburg qui était la résidence d’hiver des empereurs autrichiens, Schönbrunn étant celle d’été. Vous y trouverez, entre autre, le Sisi Museum et là… à moins de vouer un culte particulier à l’impératrice, je vous le déconseille. Ce fut notre plus grosse déception du séjour : certaines robes sont jolies, évidemment, mais il y en a de très belles exposées à Schönbrunn et je me serais bien passée de voir les dents de lait de Sisi (hum)
  • le Belvédère : nous étions toutes les deux tombées d’accord sur le fait que les oeuvres n’étaient pas forcément à notre goût mais… l’architecture et l’intérieur du musée sont simplement époustouflants ! Le musée est en deux parties, séparées par un joli parc et l’intérieur des bâtiments est fait de marbre blanc et rose, de parquets cirés magnifiques et de dorures qui ornent murs et plafonds… ce qui peut valoir le détour !
  • le Leopold Museum ou Secession qui regroupent tous les deux de très belles oeuvres (si vous aimez les musées, allez-y)
  • Stephansdom (ou cathédrale Saint-Etienne) dont le style gothique est en sacré contraste avec l’architecture environnante

Je crois que j’ai réussi à me souvenir de tout… Ça peut paraître fou mais les souvenirs sont encore très présents dans mon esprit et me reviennent très souvent en tête.

C’est également durant ce voyage que j’ai appris à mieux connaître les œuvres du peintre Klimt. C’est particulièrement là que j’ai été marquée par ses tableaux. La fresque pour Beethoven exposée à Sécession sans doute, le Baiser au Belvédère, ou encore celles exposées au Leopold… : époustouflant. Et inconsciemment ce séjour a donc contribué à l’appellation de mon futur chat.

Nous n’avons évidemment pas tout fait, comme par exemple le Kunsthistorisches Museum (musée de l’histoire de l’art) ou l’Albertina. Mais une chose est sûre, nous avons goûté les meilleurs « melange » c’est-à-dire cafés viennois, et profité des apfelstrudel et sachertorte, qui sont respectivement un gâteau traditionnel aux pommes (absolument divin) et un gâteau au chocolat bien particulier. Ça aussi, je vous le conseille. Et pour goûter ces pâtisseries, je garde un très bon souvenir du Café Central. Du côté des restaurants, nous n’avons pris qu’une seule fois un déjeuner « viennois », mais il n’y avait pas vraiment de spécialités salées à goûter chaque jour donc par la suite, nous avons mangé ce dont on avait envie. D’ailleurs, un midi, par hasard, nous avons poussé la porte du Satraj, un restaurant indien qui reste le meilleur que j’ai fait de toute ma vie, honnêtement.

Pour ceux d’entre vous qui ont vu le film La femme au tableau (dans lequel on retrouve Klimt d’ailleurs), et bien, sachez que ce film dépeint très bien le Vienne que j’ai visité, même si ce n’est pas la même saison. Je crois que j’ai adoré ce film, en partie parce qu’il m’a replongée dans les souvenirs de ce voyage qui fût le premier d’une longue série puisque, de par la réussite de celui-ci, Isaure et moi n’avons plus jamais hésité à repartir ensemble.

En bref, si vous envisagez d’aller à Vienne, foncez ! Même en hiver, la neige donne une dimension particulière à la ville et il y a plein de choses à faire. Simplement, pensez à vous couvrir. Quand nous sommes reparties, la seule envie que nous avions était de revenir ! Et c’est un projet que nous avons encore, mais nous essaierons de voir Vienne au printemps cette fois (il paraît que c’est magnifique également quand il fait beau).

(Pardon pour la qualité des photos qui laisse parfois à désirer…)

Publicités

4 thoughts on “Viennoiseries entre amies”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s